OpenSim, l’avenir…


Il est heureux de voir, dans une époque où chantonner une chanson peut relever du délit, que des exemples de grands projets libres s’épanouissent (nous avec) en nous prouvant que l’innovation ouverte est aussi profitable (voir bien plus) que celles qui sont protégées.

L’un de ces grands projets libres qui m’excite, car j’ai la chance de vivre en même temps que son développement, est OpenSim.
Partant du concept simple de créer un serveur libre, compatible avec le viewer SecondLife, la mission s’est assez vite élargie grâce à de nombreux  contributeurs.
En parcourant les projets en cours (certains sont vraiment pré-alpha, d’autres bien plus avancés) sur http://forge.opensimulator.org/gf/project/ on peut définir 4 grands axes de développement :

L’équivalence avec Second Life
Un grand axe de développement actuel sur OpenSim reste l’implantation de toutes les fonctions qu’offre le serveur SecondLife. Que ce soit les communications (implantation de la voice, des groupes…) ou l’implantation des fonctions économiques (Les droits, l’argent…), ou des simples fonctions lsl

Les innovations
Le choc de RealXtend (et de ModRex) a réellement ouvert des nombreuses idées d’innovation, pour améliorer les usages et des possibilités offertes par OpenSim. Outre ModRex qui propose entre autres l’importation de mesh 3D, l’amélioration du système d’animation des avatars, vnc, une url ou un media comme texture… De nombreuses autres pistes de développement ont débuté (et ce n’est qu’un début) : Diversité des moteurs physiques, diversité des interactions entre le web et le « inworld », diversité des clients, diversité des langages de scripts, diversité des protocoles de communications…
L’autre grosse innovation, c’est le concept de hypergrid, et tout ce qui en découle : Comment rattacher tous ces grids d’une façon intelligente, transparente et sécurisée tout en laissant un maximum de liberté à chaque grid.

La simplification
Opensim reste (et j’en suis témoin depuis quelques jours) complexe à déployer. Certes c’est normal à ce stade de développement, mais ça n’empêche, de nombreux outils pour améliorer l’installation, l’administration et l’ergonomie du tout, sont en cours d’élaboration.

L’optimisation
Pour espérer une adoption en masse, il reste le souci de la rentabilité du rapport nombre d’utilisateurs/ nombre de serveurs. Pour l’instant, avec des chiffres en dessous de 50 utilisateurs par serveur, les usages sont limités.  En arrivant à doubler, voir quadrupler ce chiffre, tout en maximisant les efforts sur le load-ballancing, on peut espérer envisager des usages plus vastes, rassemblant des milliers de gens au même endroit.

Je sais, tout reste encore très vague, mais vu les soutiens de taille qui s’associent au projet, je suis sur de voir en OpenSim, un certain standard, qui risque de vivre encore quelques belles années.

P.S. je viens juste de trouver un article sur “The Future of Opensim“, je m’en vais le lire 🙂

Leave a Reply